Qualité de l’air intérieur : les enjeux pour la santé

qualite-air-enjeu-sante

Plusieurs études, dont celles de l’Observatoire de la Qualité́ de l’Air Intérieur, ont montré que l’air que nous respirons peut être cinq à dix fois plus pollué à l’intérieur qu’à l’extérieur. La dégradation de l’air intérieur peut favoriser l’émergence de symptômes tels que maux de tête, fatigue, irritations, vertiges...Face à ce constat, la qualité́ de l’air intérieur devient une préoccupation légitime de santé publique.

L’air, c’est essentiel !

Une bonne qualité de l’air est primordiale dans les bâtiments. En effet, un air sain permet d’améliorer le confort et le bien-être des occupants.

La qualité de l’air intérieur a un impact direct sur la santé des habitants. Un air pur réduit le développement des allergies ou d’asthme, en particulier chez les enfants et les adolescents plus sensibles à la qualité de l’air que les adultes.

Le saviez-vous ?

Nous passons 85% de notre temps dans des espaces clos : à la maison, au travail, à l’école…
Nous respirons de 8 000 à 12 000 litres d’air par jour, soit environ 10 à 15 kg d’air !


D’où viennent les polluants de l’air intérieur et quels sont-ils ?

La dégradation de la qualité́ de l’air intérieur provient de multiples sources :

  • matériaux de construction et de décoration (meubles par exemple),
  • systèmes de chauffage ou de climatisation mal réglés,
  • activité́ humaine (produits d’entretien, fumée de cigarette, etc.).

Les polluants dits “COV” (Composés Organiques Volatils) sont les plus importants car ils peuvent être jusqu’à 15 fois plus présents dans l’air intérieur que dans l’air extérieur.


Dans la famille des COV, le formaldéhyde peut-être lui aussi jusqu’à 15 fois plus présent à l’intérieur qu’à l’extérieur et ce, été comme hiver.
Des bâtiments présentent une concentration supérieure au seuil de 10μg/m3 (valeur guide) d’air de formaldéhyde avec 20μg/m3 d’air en moyenne et des valeurs jusqu’à 80μg/m3


Comment améliorer la qualité de l’air intérieur ?

1 Limiter les émissions de polluants à la source

Les produits de construction jouent un rôle non négligeable sur la qualité de l’air intérieur. Il est donc indispensable de tenir compte des informations
qui apparaissent dans les Fiches de Déclaration Environnementale et Sanitaire (FDES) et sur l’étiquetage des produits à propos des émissions en polluants volatils.

2 Évacuer les polluants par le renouvellement de l'air

Si ouvrir les fenêtres 10 minutes par jour permet de se débarrasser d’une partie de la pollution présente dans l’air, ventiler est le complément indispensable à l’aération si celle-ci n’est pas suffisante.

3 Gérer et contrôler les pollutions

Les produits de construction et les équipements du bâtiment ne sont pas les seuls facteurs qui influencent la qualité de l’air intérieur. Les occupants eux-mêmes peuvent être à l’origine d’une dégradation de l’air, notamment à travers l’entretien des bâtiments.

4 Épurer l'air

On trouve sur le marché des matériaux de construction dits “actifs” ayant l’avantage d’absorber certains polluants présents dans l’air intérieur.

× OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques de visites et faciliter le partage d’information sur les réseaux sociaux. En savoir plus et gérer ces paramètres.