Isolation thermique

isolation-thermique-optim

Réglementations et labels encadrent l’isolation thermique, en neuf comme en rénovation, avec des mesures de plus en plus exigeantes. En réduisant les pertes de chaleur et donc en minimisant les besoins en énergie, l’isolation thermique est en effet le premier facteur d’économies d’énergie pour un habitat responsable. Comment fonctionne l’isolation thermique ? Quels sont les avantages d’une isolation thermique réussie ? Les réponses avec Placo®.

Enjeux et les bénéfices d’une bonne isolation thermique

  • Préserver l’environnement :

Améliorer l’isolation des bâtiments permet à la fois de réduire ses émissions de CO2 et de diminuer ses consommations d’énergie. En France, le secteur du Bâtiment représente en effet :

• 25% des émissions de CO2, principal responsable de l’effet de serre • 46% des consommations d’énergie, principal phénomène qui contribue au réchauffement climatique

L'isolation thermique permet réduire les émissions de CO2 du secteur du bâtiment - 
Le bâtiment, émissions de CO2

Le bâtiment, émissions de CO2

Une bonne isolation thermique permet de réduire les consommations d’énergie - 
Consommation d’énergie du bâtiment

Consommation d’énergie du bâtiment

  • Réaliser des économies sur la facture de chauffage :

Isolation thermique : par où s'échappe la chaleur dans une maison ?

Le plus gros poste de dépenses énergétiques dans le logement correspond en effet au chauffage des murs, fenêtres, et toiture sont autant d’éléments par lesquels la chaleur s’échappe du bâtiment vers l’extérieur.

  • Améliorer son confort de vie à la fois en hiver et en été :

- Confort d’hiver : optimal lorsque la température de l’air intérieur est égale à la température des parois.

- Confort d’été : fortement influencé par l’isolation qui limite les apports de chaleur, ainsi que par les surfaces vitrées et leurs protections, l’orientation du bâtiment et la ventilation.

Suivant le type d'isolation le confort de vie peut être amélioré

  • Valoriser et pérenniser son patrimoine : une bonne isolation, associée à une bonne étanchéité à l’air et une ventilation maîtrisée, apportent aux bâtiments une meilleure durabilité : suppression des risques de condensation, meilleur vieillissement, etc.

Les matériaux isolants

Les matériaux ne sont pas tous égaux devant les transferts de chaleur. Différentes grandeurs permettant de les caractériser :

  • La conductivité thermique ou le lambda (λ):
    Définition : la conductivité thermique est l’aptitude du matériau à se laisser traverser par la chaleur. Elle s'exprime en W/(m.K).
    Plus le lambda est faible, plus le matériau est isolant.
    La certification ACERMI : non obligatoire, cette démarche permet de garantir la fiabilité de l’information au consommateur. Tous les isolants Placo® sont certifiés ACERMI.
  • La résistance thermique d’un matériau (R) :
    Définition : la résistance thermique est la capacité d’un matériau à ralentir le transfert de chaleur réalisé par conduction. Elle s’exprime en m2.K/W.
    Plus la résistance thermique est élevée, plus le matériau est isolant.
    La certification ACERMI : comme pour la conductivité thermique, c’est une démarche volontaire, que
    Placo® a choisie, et qui permet de garantir la fiabilité des informations à l’utilisateur.

 

Le polystyrène, isolant idéal

Le PSE est un matériau composé de 98 % d’air et de 2 % de matière qui acquiert, lors de son expansion, une structure en forme de nid d’abeilles. Cette structure alvéolaire lui confère les propriétés suivantes :

  • Thermique : l’isolant retient la chaleur et permet ainsi de réaliser d’importantes économies d’énergies dans le bâtiment.
  • Mécanique : sa résistance mécanique est un des atouts de ce matériau.
  • Durabilité : l’air emprisonné dans la structure en nid d’abeilles lui confère une stabilité dans le temps.
  • Légèreté : le polystyrène est un matériau léger, facile à manipuler et à découper.
  • Insensibilité à l’eau : permet au polystyrène d’être utilisé aussi bien en intérieur qu’en extérieur.
  • Recyclable : les déchets de polystyrène sont recyclables en cours de fabrication et en fin de vie, grâce au Service Recyclage mis en place par Placo®.

Principes clés de l’isolation thermique

Les transferts de chaleur

Lorsque deux éléments sont à des températures différentes, un échange de chaleur s’établit jusqu’à ce que les températures des deux éléments soient identiques. La chaleur va toujours du corps chaud vers le corps froid. Il est impossible d’empêcher ce phénomène d’échange, le but de l’isolation est donc de le freiner fortement.

Pour gérer au mieux ce transfert de chaleur, 3 éléments sont à prendre en compte  pour conserver la chaleur :

  • Les caractéristiques isolantes du matériau : plus le matériau est isolant, plus la chaleur sera conservée (gestion du phénomène de conduction),
  • La gestion de l’air : plus l’air est immobile, moins il y a d’échanges thermiques entre les deux éléments et mieux la chaleur est conservée (gestion du phénomène de convection),
  • L’émissivité du matériau : plus l’émissivité en ondes électromagnétiques de l’isolant est faible, moins il y a de transfert de chaleur (gestion du phénomène de rayonnement).

La résistance superficielle d’une paroi Rse et Rsi (en m2.K/W)

Elles caractérisent la part des échanges thermiques qui se réalise à la surface des parois par convection et rayonnement. Elle dépend du sens du flux de chaleur et de l’orientation de la paroi :

  • Rsi pour les échanges sur la surface de paroi interne
  • Rse pour les échanges sur la surface de paroi externe.

La performance des parois

  • La résistance thermique d’une paroi homogène : Rparoi  (en m2.K/W) : elle caractérise la somme des transferts de chaleur réalisés par conduction au sein des matériaux et des échanges thermiques superficiels réalisés par convection et rayonnement.
    Plus la résistance thermique de la paroi est élevée plus la paroi est isolante.
  • La déperdition d’une paroi en partie courante : Uc  (en W/(m2.K)): le coefficient de transmission thermique d’une paroi homogène Uc traduit la quantité de chaleur s’échappant au travers d’une paroi homogène de 1m2 pour un différentiel de 1 degré. Il sert à caractériser les déperditions thermiques d’une paroi homogène composée d’un matériau simple ou de plusieurs matériaux.
    Plus le coefficient UC est faible moins il y a de déperdition ; plus la paroi est performante thermiquement.
  • La déperdition thermique dans une paroi : Up (en W/(m2.K)) : le coefficient de transmission thermique Up  traduit la quantité de chaleur s’échappant au travers d’une paroi, incluant des ponts thermiques intégrés, de 1m2 pour un différentiel de 1 degré.
    Plus le coefficient Up est faible, moins il y a de déperdition ; plus la paroi est performante thermiquement.

Résumé des principales valeurs de résistance thermique et de déperditions thermiques d'une paroi

Schéma récapitulatif des principales résistances et déperdition thermiques


Les ponts thermiques

Les ponts thermiques intégrés rassemblent les ponts thermiques créés dans la paroi par des éléments tels que les ossatures métalliques, appuis et autres accessoires. Ils ne doivent pas être confondus avec les ponts thermiques des liaisons qui caractérisent eux les interfaces de parois. Ils s’expriment en W / (m.K).

Pont thermiques intégrés

ponts thermiques intégrés

Ponts thermiques de liaisons

Ponts thermiques de liaisons

× OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques de visites et faciliter le partage d’information sur les réseaux sociaux. En savoir plus et gérer ces paramètres.