Maison écologique

Maison_BBC

La maison basse consommation (standard de construction depuis l’entrée en vigueur de la RT 2012) ainsi que la maison passive, et demain la maison positive, représentent des solutions alternatives. Décryptage.

Les maisons écologiques sont intéressantes pour réduire significativement les besoins énergétiques des bâtiments et les émissions de gaz à effet de serre associées, et ainsi atteindre les objectifs du Grenelle de l’Environnement.

Une maison déjà conforme à la RT 2012

Construire BBC c’est répondre à la réglementation thermique 2012 qui reprend les critères du label BBC améliorant l’efficacité énergétique des bâtiments pour construire durablement. Ainsi, en 2013, les maisons neuves devront consommer en moyenne 50 kWhep/m² de SHON par an. Il est donc judicieux d’anticiper cette nouvelle reglementation thermique en construisant selon les principes du label BBC en répondant, par exemple, à ses exigences quant aux ponts thermiques, à la surface minimale des baies vitrées ou encore à l’ étanchéité à l’air .


Une maison écologique

Qui dit maison BBC dit maison écologique, plus respectueuse de l’environnement.

L’un des objectifs de la maison basse consommation est d’avoir le minimum d’impact sur son environnement. Le choix de matériaux respectueux de l’environnement paraît ici primordial. Afin de mieux se repérer, les fiches de déclaration environnementale et sanitaire (FDE&S ) détaillent les qualités environnementales des matériaux de construction tout au long de leur cycle de vie, ainsi que la consommation d’eau et d’énergie nécessaire à leur fabrication et leur impact sur l’environnement, qu’il s’agisse des matériaux concernant l’ isolation thermique ou phonique, ou encore l’ aménagement intérieur .


Une consommation énergétique réduite

Une maison labellisée BBC-Effinergie a une consommation énergétique jusqu'à 5 fois inférieure à une maison classique, prouvant ainsi l’efficacité des normes BBC.

Le bâtiment basse consommation bénéficie d’un confort thermique été comme hiver, avec une température homogène et agréable, grâce à une orientation bioclimatique Nord-Sud et des matériaux isolants performants.


Un diagnostic de performance énergétique classe A

Grâce à son orientation, son isolation thermique et une ventilation performante, une maison basse consommation affiche un Diagnostic de Performance Energétique (DPE) classe A.

Pour un logement label BBC, le DPE , obligatoire pour tout bien immobilier mis en vente ou en location depuis le 1er janvier 2011, représente une valeur ajoutée sur le marché de l’immobilier puisqu’il permet d’évaluer l’efficacité énergétique du bâtiment.


Réussir son projet de maison BBC

Pour répondre aux normes du label BBC effinergie , il est nécessaire de bien préparer son projet. L’orientation et l’architecture de la maison, le choix des matériaux sont autant de facteurs déterminants pour atteindre les objectifs de la maison basse consommation à travers une isolation thermique performante ainsi qu’une étanchéité à l’air efficace.


La conception bioclimatique

La conception architecturale et la disposition de la maison basse consommation sont indispensables pour assurer une performance énergétique optimale. L’objectif est que la maison bénéficie au maximum des énergies naturelles comme le soleil afin de consommer le moins possible.

Dans le cadre d’une conception bioclimatique, les pièces à vivre doivent être placées au sud avec de larges ouvertures afin de maximiser les apports solaires en hiver. Au nord, on préférera des vitrages performants limités afin de diminuer les déperditions thermiques.

Une construction compacte permettra de limiter les angles saillants ou rentrants propices aux ponts thermiques. Les effets dus au vent en seront également fortement diminués.


Une isolation thermique très performante

Dès la conception, le choix des matériaux isolants et leur assemblage doivent favoriser une performance énergétique maximale de l’enveloppe du bâtiment.

Il s’agit de privilégier la performance des isolants sur l’ensemble des parois et de soigner tout particulièrement la réalisation des périphéries et la jonction entre les ouvrages : c’est la garantie d’une bonne étanchéité à l’air et de faibles ponts thermiques.

La maison doit être la plus étanche à l’air possible pour garantir le bon fonctionnement de la ventilation, le rendement des équipements de récupération de chaleur et éviter les points de condensation. L’ étanchéité à l’air de la maison basse consommation doit être mesurée et être inférieure à 0,6 m3/(h.m²).

Les matériaux de construction sont des éléments clés des maisons BBC. Tous n’ont pas les mêmes qualités en matière d’ isolation thermique et de perméabilité à l’air. Pour une construction à faible impact environnemental, l’usage du polystyrène et de la plaque de plâtre s’avère judicieux. Ces produits contiennent des matières premières recyclées, sont valorisables en fin de vie et sont transportées sur de courtes distances, compte tenu de la répartition des sites de production Placoplatre sur l'ensemble du territoire.


Coût d’une maison basse consommation

La construction d’un bâtiment basse consommation (BBC) représente un surcoût de l'ordre de 5 à 10% par rapport à un bâtiment conforme aux exigences de la réglementation thermique de 2005 (RT 2005) . Cependant, il faut garder à l’esprit qu’une maison BBC consomme deux fois moins qu’une maison traditionnelle, ce qui se traduit par des économies d’énergie significatives.

Par ailleurs, des aides financières existent pour soutenir les projets de bâtiment basse consommation (PTZ +, Eco PTZ, crédit d’impôt développement durable).

Les avantages de la maison à ossature bois (MOB)

Construire une maison à ossature bois présente de multiples avantages :

Le principe de la maison à ossature bois consiste à assembler les panneaux de l’ossature fabriqués en atelier et contreventés par des panneaux compressés type OSB. Entre la fabrication des panneaux de l’ossature et leur assemblage sur le chantier, la construction d’une maison à ossature bois ne prend que quelques semaines. Le bois contribue à la fois à la structure, à l’ isolation thermique , au confort acoustique et à l’esthétique de la maison et ne nécessite pas de temps de séchage avant les travaux de finition. L’autre avantage de la maison ossature bois est la modularité qu’offre le bois : il n’a jamais été aussi simple d’agrandir une maison qu’avec le système MOB.


A la fois régulateur thermique et isolant phonique naturel, le bois favorise les économies d’énergie. Associé à des isolants thermiques performants, le bois assure une meilleure protection contre le froid en réduisant les ponts thermiques ainsi que l'effet de paroi froide en hiver.

L’intégration de l’isolant ( laine de roche, laine de verre, chanvre …) dans l’épaisseur des montants permet de très bonnes performances thermiques tout en limitant les pertes d’espace intérieur.

De plus, le caractère isolant phonique du bois associé à la couche d’isolant placé dans les murs améliore les performances acoustiques de l’habitat.

Si le bois est un très bon isolant thermique et acoustique, les performances globales de la maison dépendent aussi des matériaux isolants.


L’isolation en MOB avec Placo®

En ce qui concerne l’isolation des cloisons, plafonds ou doublages, les plaques de plâtre Placoplatre® permettent de satisfaire aux contraintes techniques et réglementaires de la maison à ossature bois : stabilité mécanique, protection incendie , isolation phonique .

La mise en œuvre des plaques de plâtre sur ossature bois est traitée dans les DTU 25.41 et 31.2 ou dans un Avis Technique lorsque ce sont des produits non traditionnels mis en œuvre.


Placo Impact, la plaque de plâtre pour les maisons à ossature bois

La plaque de plâtre Placo Impact BA 13 , renforcée en fibres de bois, offre de hautes performances en matière de résistance mécanique et d’isolation phonique.

Les tests réalisés par le CSTB démontrent que la plaque de plâtre Placo Impact a la capacité d’être utilisée en contreventement, c’est-à-dire qu’elle participe à la stabilité du mur et en particulier à sa résistance à la poussée du vent.

En parement de finition à l'intérieur, Placo Impact BA 13 résiste 4 fois plus aux chocs et 3 fois plus à l'accrochage qu'une plaque de plâtre standard.

Le gypse, matière première du plâtre, régule naturellement l’humidité ambiante de la maison et constitue une bonne protection incendie. La plaque de plâtre Placo Impact bénéficie en plus de la technologie Activ’Air ® qui améliore la qualité de l’air intérieur et fournit une atmosphère saine à tous les occupants de la maison.


Répondre aux performances énergétiques du label BBC avec Placo Impact

PI_MOB_schema

Pour l’enveloppe de la maison, une isolation en deux couches avec l’association de la laine Isomob et de la membrane Vario Duplex aux plaques de plâtre Placo Impact et des profilés Stil® F530 permet d’atteindre les performances thermiques exigées par la RT 2012 .

Ce système de doublage sur ossature Stil® F530 garantit :

- une isolation thermique et acoustique optimale pour plus de confort ;

- des performances d’ étanchéité à l’air durables dans le temps ;

- la régulation des transferts d’hygrométrie dans la paroi, pour que les bois d’ossature restent secs (20 % d’humidité) toute l’année


Les points clés de la maison passive

Basée sur la captation passive du soleil, sur une isolation thermique performante, l’absence de ponts thermiques et une grande étanchéité à l’air , la maison passive parvient à conserver en permanence une température stable et agréable.


Une maison bioclimatique

De par sa conception, la maison passive doit se passer d’un système de chauffage conventionnel. Pour y parvenir, la conception de la maison fait appel aux principes du bioclimatisme : orientation, éclairage et chauffage naturel. Le choix d’une maison compacte permettra aussi de réduire les surfaces en contact avec l’extérieur et donc de diminuer les déperditions énergétiques.

L'utilisation d'un triple vitrage augmente le confort thermique et laisse pénétrer plus de chaleur et de lumière naturelle. Pour optimiser les performances énergétiques de la maison passive, l'orientation du vitrage est également primordiale. Il faut maximiser les ouvertures au sud, réduire le nombre de fenêtres à l'est, et minimiser celles à l'ouest et au nord.


L'isolation thermique de la maison passive

Dans une maison passive, l' isolation thermique dépasse facilement les trente centimètres. Cependant, l'épaisseur de l'isolant seule ne suffit pas à atteindre les performances thermiques demandées. Sa position dans l'épaisseur du mur est primordiale.

De ce fait, dans une maison passive, on privilégie généralement l’isolation thermique par l'extérieur. L’isolant recouvre ainsi l'intégralité de la maison afin de supprimer les ponts thermiques (qui provoquent des pertes de chaleur) et permettra de garder l’espace intérieur de l’habitation en cas de rénovation future de l’isolation des murs ou de ne pas vider des pièces aménagées pour rénover l’isolation de la toiture.


Les ponts thermiques et l'étanchéité à l'air

Une bonne étanchéité à l'air augmente le confort thermique en supprimant les ponts thermiques et en évitant les problèmes de condensation sur les parois froides.

D'autre part, une bonne étanchéité à l'air garantit le bon fonctionnement de la ventilation mécanique, autre point clé pour réussir un projet de maison passive, qui assure continuellement une parfaite qualité de l'air intérieur et cela indépendamment des conditions climatiques externes.


Obtenir le label « Maison Passive / Passivhaus »

Afin d’obtenir le label « bâtiment passif / Passivhaus », une construction neuve doit atteindre les objectifs suivants :

Définition de la maison positive

Alors que la RT 2012 vient d'entrer en vigueur, certains anticipent déjà sur la réglementation thermique 2020 en se lançant dans la construction de maisons à énergie positive.

Le principe de ce modèle de construction durable est de réduire au maximum les besoins énergétiques de la maison et d’utiliser les énergies renouvelables pour produire de l’énergie afin d’obtenir une efficacité énergétique optimale.


D’abord une maison passive

La maison positive est avant tout une maison passive que l’on va chercher à rendre plus performante. Il s’agit donc dans un premier temps de construire une maison qui ne consomme pas d’énergie, c’est-à-dire une maison dont les normes de consommation de chauffage sont inférieures à celles de la maison basse consommation ( RT 2012 ), pour atteindre 15 kWh/m²/an. La maison passive respecte ainsi les normes du label allemand Passivhaus.


De la maison passive à la maison positive

La conception d’une maison positive reprend généralement les grands principes de la maison passive en y intégrant des équipements de productions d'énergie comme les panneaux photovoltaïques ou les pompes à chaleur, la rendant ainsi auto-suffisante.


La conception d’une maison positive

La maison positive est étudiée pour limiter les déperditions thermiques. Il s’agit avant tout d’une maison très basse consommation qui reprend les exigences de la maison passive : isolation thermique performante, étanchéité à l’air efficace et ventilation maitrisée.


Les enjeux de la maison positive

Pour atteindre ces performances énergétiques, il faut agir sur plusieurs leviers :

Une bonne isolation thermique permettra d’éviter les déperditions thermiques et limitera ainsi la consommation de chauffage. On privilégiera une isolation thermique par l’extérieur afin de réduire les ponts thermiques, que ce soit pour l’isolation des murs ou des combles.


etancheite_test

Les menuiseries autour des ouvertures doivent être parfaitement étanches à l’air pour offrir une bonne isolation thermique. Un test sera effectué sur l’ensemble du bâtiment afin de vérifier son étanchéité à l’air .


Afin de profiter d’une isolation thermique maximale, le renouvellement de l’air doit être assuré par un système de ventilation mécanique contrôlée (VMC) et plus précisément par une VMC double flux qui consiste à évacuer l’air des pièces techniques comme la cuisine et la salle de bains et, en parallèle, à introduire de l’air provenant de l’extérieur dans les autres pièces du logement.


L’orientation de la maison en fonction du terrain et du climat est indispensable pour assurer une performance énergétique optimale. Une répartition astucieuse des surfaces vitrées permettra une captation optimale de l’énergie solaire tout en retenant la chaleur.


En février 2013, Effinergie annonçait la création du label Bepos-Effinergie , label précurseur en la matière, qui sera très probablement le référentiel pour la RT 2020. Le bâtiment à énergie positive sera alors le standard obligatoire pour les logements neufs, correspondant ainsi aux objectifs du Grenelle de l’Environnement.


Un label pour la construction neuve : Label E+C-

 

Label E+C-, qu’est-ce que c’est ?

 

Suite à l’accord de Paris conclu à l’occasion de la COP 21, l’État et les acteurs de la construction se sont engagés à produire toujours plus de bâtiments à énergie positive (Bépos) et à faible empreinte carbone tout au long de leur cycle de vie (depuis la conception jusqu’à leur démolition sur une base moyenne de 50 ans). Afin de généraliser la construction de ce type de bâtiments, l’État a lancé un label volontaire dédié : E+C-. Son objectif est aussi d’expérimenter la future règlementation thermique de 2020 . Les retours d’expérience dans le cadre d’E+C- permettent d’affiner les contours de cette prochaine règlementation en termes de faisabilité technique et économique.

 

Quelles exigences en termes de performance énergétique ?

 

Pour la partie énergie, quatre niveaux de performance ont été définis, s’appuyant sur le bilan Bépos. E+C- tient compte de tous les usages du bâtiment (dont les parties communes, ascenseurs, parkings…). Pour rappel, la RT 2012 ne s’appuyait que sur 5 usages : chauffage, production d’eau chaude sanitaire, refroidissement, éclairage, auxiliaires (ventilateurs, pompes).

  • Énergie 1 et Énergie 2, impliquent une amélioration de la performance énergétique à coût maîtrisé par des mesures d’efficacité énergétique ou liées à la chaleur renouvelable.
  • Énergie 3 nécessite une meilleure efficacité énergétique du bâti et des systèmes et un recours important aux énergies renouvelables.
  • Énergie 4 correspond à un bâtiment à énergie positive (Bépos), c’est-à-dire avec un bilan énergétique nul et qui contribue à la production d’énergie renouvelable à l’échelle du quartier.

 

Quelles exigences en matière d’émission carbone ?

 

Concernant l’indicateur changement climatique, deux indicateurs Carbone sont à évaluer :

  • Les émissions de carbone émises sur l'ensemble du cycle de vie du bâtiment qui prennent en compte la partie exploitation Eges
  • Les émissions de carbone émises par les produits de construction et équipements pour tout leur cycle de vie Eges  PCE

 

Qui décerne le label E+C- ?

 

Le label est délivré par l’un des cinq organismes de certification ayant passé une convention avec l’État :

  • Céquami pour la maison individuelle,
  • Cerqual pour les logements collectifs et individuels groupés, 
  • Certivéa pour les bâtiments à usage tertiaire, commercial et de services,
  • Prestaterre pour le tertiaire et les logements, 
  • Promotelec pour les maisons individuelles et logements collectifs,

 

Ces organismes de certification réalisent des contrôles de conformité des bâtiments aux exigences du label et ce, à plusieurs stades d’avancement : en phase études et pendant le chantier. L’attribution définitive du label par l’organisme intervient à l’issue du contrôle de conformité « phase chantier » et une fois toutes les non-conformités levées.


Téléchargez la brochure E+C-

× OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques de visites et faciliter le partage d’information sur les réseaux sociaux. En savoir plus et gérer ces paramètres.