Hero Image
Image
Marché du logement collectif
Nos marchés
9 min

Marché du logement collectif

Posté le 01.02.2022 - mis à jour le 16.03.2022

Comment offrir le meilleur confort de vie possible aux résidents tout en respectant les exigences de la construction durable ?

Comment offrir le meilleur confort de vie possible aux résidents tout en respectant les exigences de la construction durable ? 

Le marché des logements collectifs a ses spécificités et doit répondre à un certain nombre de problématiques portant sur la performance énergétique, l’isolation et le confort acoustique, la protection incendie et la qualité de l’air intérieur.

Face au besoin substantiel de logements en France et aux enjeux environnementaux, le gouvernement a mis en place depuis plusieurs années de nombreux dispositifs pour encourager la construction neuve et accélérer la transition énergétique du parc existant.

Tour d’horizon des points incontournables à traiter, de la règlementation afférente et des solutions apportées par Placo®, ISOVER et Isonat pour y répondre.
 

Sommaire

  • Logements collectifs : enjeux et réglementations

  • Comment répondre aux besoins spécifiques des logements collectifs ?

Logements collectifs : enjeux et réglementations

Le logement collectif doit évoluer en profondeur aujourd’hui plus que jamais. D’une part, pour s’adapter à nos nouveaux modes de vie, à nos exigences en matière de confort, au vieillissement de la population avec le maintien à domicile, et d’autre part, pour lutter contre la précarité énergétique, en limitant les consommations d’énergie des bâtiments, et réduire notre impact environnemental.


L’efficacité énergétique

Le bâtiment représente 40 % des consommations énergétiques et 23 % des émissions de gaz à effet de serre en France. C’est donc un secteur majeur sur lequel agir afin de réduire nos impacts sur l’environnement. Pour cela des actions aussi bien dans la construction neuve que pour la réhabilitation du parc existant peuvent être menées.

En construction neuve, la bonne conception de l’enveloppe contribue à réduire la consommation d’énergie primaire des logements, en limitant leurs besoins énergétiques. En rénovation, le bâti existant peut bénéficier de solutions d’isolation performantes pour améliorer le confort au quotidien, été comme hiver.

Règlementations et dispositifs

  1. Poursuivre l’amélioration de la sobriété et de la performance énergétique des bâtiments neufs et utiliser des énergies moins carbonées.
  2. Diminuer l’impact des bâtiments sur le changement climatique, d’où le passage de réglementation thermique (RT) à réglementation environnementale (RE).
  3. Limiter l’inconfort dans les bâtiments en période estivale, puisque les épisodes caniculaires devraient être de plus en plus fréquents dans le futur.

Pour ce faire, de nouveaux indicateurs en lien avec l’énergie, le carbone et le confort d’été ont été définis avec des exigences de résultats. Ces derniers devront être inférieurs à des valeurs maximales pour respecter la réglementation.

  1. Une réglementation thermique par élément avec des valeurs minimales de résistance thermique à respecter par parois (éléments),
  2. Une approche de performance globale du bâtiment après rénovation.

De plus, depuis le 1er janvier 2017, lors de travaux de rénovation lourde de bâtiments, et notamment lors du ravalement des façades, il est obligatoire de coupler les travaux prévus avec des travaux d’isolation thermique afin d’améliorer les performances thermiques du bâtiment.
Pour aider à financer ces travaux, il est possible de bénéficier du dispositif de certificat d’économie d’énergie (CEE).


L’isolation et le confort acoustique

95 % des Français souhaitent plus de calme chez eux ! Le confort acoustique est donc un élément essentiel de la qualité de vie. Car le bruit est partout : dans la rue mais aussi chez soi…

Pour pouvoir se reposer, dormir en toute sérénité, télétravailler ou garder des relations de bon voisinage au sein d’une résidence, une importance toute particulière doit être portée à l’acoustique des logements collectifs. On limitera ainsi troubles du sommeil, stress, fatigue accumulée ou pertes de concentration pour les résidents.

Réduire les transmissions de bruit entre logements, entre circulations et logements, tout comme le bruit venant de l’extérieur du bâtiment : autant de points d’attention à avoir en tête lors de la conception ou la rénovation d’un bâtiment de logements collectifs.
Au niveau règlementaire, il existe un certain nombre d’exigences acoustiques, vis-à-vis des bruits extérieurs et au sein même du bâtiment (entre logements ou circulations communes), pour lesquelles des valeurs minimales doivent être respectées.


La protection incendie

Le logement est un refuge pour la famille : vivre et dormir en toute sécurité dans son appartement est donc une évidence. 
Les exigences réglementaires relatives à la sécurité incendie applicables aux matériaux et éléments de construction sont établies en fonction de la hauteur du bâtiment et de son accessibilité par les pompiers. Car en cas d’incendie, il est important que chacun puisse rester chez lui en toute sécurité ou sortir du bâtiment dans les meilleures conditions possibles.


La qualité de l’air intérieur

Plusieurs études, dont celles de l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur, ont montré que l’air que nous respirons peut être 5 à 10 fois plus pollué à l’intérieur qu’à l’extérieur.
La dégradation de l’air intérieur peut favoriser l’émergence de symptômes tels que maux de tête, fatigue, irritations, vertiges… Il est donc important de mettre en œuvre des solutions pour favoriser la qualité de l’air au sein des logements collectifs.

Provenance et nature des polluants de l’air intérieur

La dégradation de la qualité de l’air intérieur provient de multiples sources : matériaux de construction et de décoration, systèmes de chauffage ou de climatisation, activité humaine (produits d’entretien…). Les polluants dits « COV » (Composés Organiques Volatils) sont les plus importants car ils peuvent être jusqu’à 15 fois plus présents dans l’air intérieur que dans l’air extérieur, été comme hiver, tout comme le formaldéhyde issu de cette même famille de polluants. Selon les études récentes de l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur, 85 % des bâtiments présentent une concentration supérieure au seuil de 10 µg/m3 d’air.

La réglementation en rapport avec la qualité de l’air intérieur : l’étiquetage sanitaire des produits de construction.
Depuis le 1er septembre 2013, tous les produits de construction en contact avec l’air intérieur doivent posséder une étiquette (définie par l’arrêté du 19 avril 2011) indiquant leur niveau d’émissions en polluants volatils.


Sont concernés : 

  • Les produits de construction ou de revêtement des murs, sols ou plafonds employés à l’intérieur des locaux,
  • Les produits destinés à la pose ou à la préparation des produits mentionnés.

Selon les émissions mesurées pour dix « COV » et pour le total, une classe est attribuée au produit sur une échelle allant de A+ (la moins émissive) à C (la plus émissive).

Comment répondre aux besoins spécifiques des logements collectifs ? 

Pour pouvoir répondre aux différentes attentes, il est important de traiter non seulement l’intérieur des logements mais aussi les nombreuses parties communes aux habitants tels que les halls d’entrée, les couloirs, les cages d’escalier, les parkings…

 

Ecorché LC

 

Les solutions d'aménagement intérieur pour améliorer le bien-être des occupants

Sachant que nous passons en moyenne 9h15 par jour dans notre domicile (hors week-end), une attention particulière doit être portée au confort et au bien-être. Voici nos solutions pour y satisfaire en neuf et en rénovation !


Assurer confort et bien être au sein de l’habitat

Les murs subissent des sollicitations quotidiennes dans les logements collectifs : fixation de charges lourdes, enfants qui jouent dans l’appartement, portes qui claquent… La plaque brevetée Habito®, de très haute dureté, permet de répondre à ces spécificités d’accrochage et de résistance aux chocs.

Pour se préserver des bruits extérieurs et assurer une bonne isolation phonique entre les pièces du logement, la plaque Placo® Phonique offre un confort sans pareil en réduisant la pollution sonore de 50% !

Dans les pièces soumises à une forte hygrométrie, comme les salles de bains ou les salles d’eau, les plaques Placomarine® et Glasroc® H Océan assurent une grande résistance à l’humidité et limitent les risques de moisissures sur le long terme.
Une bonne qualité de l’air est primordiale pour notre santé. La plaque Placo® Activ'Air® BA 13 remplie cette fonction en purifiant l’air intérieur grâce à sa technologie exclusive.


Garantir solidité et pérennité des ouvrages dans les parties communes

Aujourd’hui, les logements collectifs se doivent d’être évolutifs et le système de paroi légère C Stil® répond à ce besoin de modularité.
L’insonorisation et la résistance des ouvrages dans le temps sont également des éléments clés dans ces espaces de vie communs. Les cloisons à hautes performances acoustiques Placo® Duo’Tech 25® , les cloisons distributives mono-parement Placoplatre® BA 18S THD Activ’Air® ou encore la plaque Lisaflam® sauront répondre à ces problématiques tout en apportant un juste équilibre entre haute dureté, acoustique et résistance au feu.

Autre point non négligeable, le traitement des gaines techniques : la solution Easy Stil® permet de sécuriser ce type d’ouvrage en cas d’incendie, de limiter l’interphonie entre deux étages et les nuisances sonores provenant des canalisations.

L’esthétique contribue au confort visuel. Les gammes plafonds Gyptone® Activ’Air®, Rigitone® Activ’Air® ou Silvatone® répondent pleinement à ce critère en apportant de plus performances acoustiques et préservation de la qualité de l’air. 


Améliorer les performances énergétiques des bâtiments

Travailler sur l’enveloppe globale du bâtiment est également élémentaire et cela passe par une bonne isolation. Des solutions existent en neuf comme en rénovation et pour chaque configuration.

La Façade F4, système léger et innovant offre une grande modularité et des performances thermiques et acoustiques élevées. 
Les gammes Isofaçade et Isover TF 36 et les isolants Peritherm® et Isocompact 34 sont quant à eux destinés aux chantiers plus lourds d’isolation des façades par l’extérieur avec des particularités qui leur sont propres. 

Limiter les déperditions de chaleur, faire des économies d’énergie et réduire les nuisances sonores implique également d’agir sur l’isolation des murs (Système Optima Murs avec laines GR 32, GR 30, ou aux panneaux Flex Isonat, Doublissimo® Performance), de la toiture (IBR, Comblissimo, Jackodur® Plus 300 SF), des planchers (Isosol, Domisol), sous-faces (Panodal Alu) et sous-sols (Coatwool), et des réseaux d’eau chaude (U PIPE SECTION, Housses Isolantes).