Hero Image
Image
Qualité air intérieur
Qualité de l'air intérieur
5 minutes min

Comment mesurer la qualité de l'air intérieur de sa maison ?

Posté le 22.02.2024 - mis à jour le 05.04.2024

Respirez-vous un air sain chez vous ? La qualité de l’air intérieur (QAI), devenu un enjeu majeur de santé publique, mérite toute notre attention. En effet, les nombreux polluants présents dans les revêtements, les matériaux de construction, mais aussi les produits ménagers du quotidien contiennent de nombreux polluants nuisibles pour notre santé. Un diagnostic de la qualité de l’air intérieur permet de connaître et combattre le niveau de pollution intérieur. Pourquoi et comment réaliser un diagnostic de qualité de l’air intérieur ? Quels sont les différents polluants détectés ? 

Qualité de l’air intérieur : de quoi parle-t-on ?

En France, on estime à 19 milliards d’euros par an le coût de la mauvaise qualité de l’air intérieur . 
Saviez-vous que nous passons en moyenne 85 % de notre temps à l’intérieur d’habitations ou de locaux fermés et que l’air intérieur est jusqu’à 8 fois plus pollué que l’air extérieur ? Il est indispensable de prévenir les risques pour les occupants et de mettre en place des actions pour améliorer la qualité de l’air intérieur dans les logements.

On ne le sait pas toujours, mais que ce soit à la maison, au bureau, à l'école ou dans nos déplacements, nous sommes en effet exposés à des polluants et particules fines pouvant impacter notre santé. Au sein d’un logement, il a été prouvé que plus de 900 substances chimiques sont présentes dans les produits utilisés au quotidien, elles sont suspectées d’être allergènes, irritantes, voire même cancérigènes. 
Dans une chambre d’enfant par exemple, les sources d’émissions de substances polluantes sont nombreuses : la peinture peut contenir des métaux lourds toxiques pour la santé. Les meubles en bois aggloméré dégagent du formaldéhyde et les jouets composés de phtalates peuvent avoir un impact sur le développement de l’appareil reproducteur.
 

Qu’est-ce que le diagnostic qualité air intérieur ?

Le diagnostic QAI (Qualité de l'Air intérieur) est une analyse complète de l’air à l’intérieur d’un logement, d’un bâtiment professionnel ou d’un Établissement Recevant du Public (ERP). Concrètement, il s’agit d’identifier les sources de pollution intérieures et de mesurer précisément la concentration des différents polluants de l’air afin de garantir un environnement sain et agréable au quotidien. 

Si un diagnostic de la qualité de l’air intérieur est obligatoire dans les établissements recevant des publics sensibles, il est également recommandé pour les particuliers. Selon l’âge, le sexe, la durée et le type d’exposition, les effets de la pollution intérieure peuvent en effet être particulièrement dangereux, notamment auprès des personnes sensibles, des femmes enceintes et de s nourrissons. 
 

De quels polluants intérieurs parlons-nous ?

Pour améliorer la qualité de l’air chez soi, il convient de connaître les différents polluants de l'air intérieur qui peuvent être d'origine chimique, biologique ou physique : 

  • Le CO2 (CO) : Gaz inodore et incolore, le dioxyde de carbone est principalement lié à l’occupation humaine et au manque de renouvellement d’air. Un taux de CO2 élevé peut favoriser la propagation des virus et entraîner fatigues, irritations, maux de tête, nausées et de graves problèmes respiratoires. 
  • Les COV et COSV : Les Composés Organiques Volatils et Semi-Volatils regroupent une multitude de polluants émanant le plus souvent des vernis, colles, revêtements de sols et peintures. Ils contiennent des substances nuisibles (benzène, formaldéhyde) qui sont la source de nombreux maux et d’allergies.
  • Les particules fines : Ces composants atmosphériques liés à l’activité humaine (chauffage au bois, fumée, poussière…) constituent un vecteur qui accélère la propagation des infections virales.
  • La fumée de tabac contient près de quatre mille composés chimiques, parmi lesquels au moins cinquante sont cancérigènes.
  • Humidité : Si l’humidité n’est pas néfaste en elle-même, elle peut favoriser le développement des moisissures, allergènes et acariens et une augmentation des problèmes respiratoires si le logement n’est pas régulièrement aéré. 
     

Comment s’effectue un diagnostic qualité air intérieur ?

Il existe de nombreux détecteurs de qualité de l’air intérieur, disponibles sur le marché et accessibles aux particuliers. Ils permettent d’analyser les niveaux de CO2, de CO (monoxyde de carbone) et de particules fines, afin d’évaluer la qualité de l’air globale dans votre intérieur. Ils mesurent aussi le taux d’humidité et la température. 

Si vous avez un doute sur la qualité de l’air dans votre maison, le plus simple est de réaliser un diagnostic QAI par un professionnel certifié . Lors de son diagnostic, celui-ci procède en deux temps :

  1. Analyse de l’air avec un capteur d’air ambiant (pendant 24 heures) : Identification des molécules des polluants présents dans chacune des pièces du logement et mesure précise du taux de concentration dans l’air ;
  2. Mise en place d’un plan d’action spécifique en fonction des résultats : par exemple aération régulière, installation de systèmes de ventilation adaptés, travaux d'isolation pour lutter contre l'humidité et prévenir la formation de moisissures.
     

Les bons réflexes pour limiter les polluants et garantir un air intérieur sain

Un logement sain et une bonne qualité de l’air intérieur passent par l’adoption de gestes simples et de bonnes pratiques :

  • Aérez votre logement régulièrement : 10 minutes par jour minimum suffisent pour faire circuler l’air et le remplacer par un air « neuf » ; 
  • Ventilez 10 minutes vos pièces après les activités produisant beaucoup d’humidité (douches, bains, cuissons) afin de limiter le développement des moisissures et des agents allergènes ;
  • Privilégiez les peintures, enduits ou revêtements de sol dont l’étiquette « Émissions dans l’air intérieur » est notée A+;
  • Optez pour les produits d’entretien plus naturels, écolabellisés ou portant l’étiquette A+;
  • Évitez les parfums d’intérieur;
  • Traquez les pesticides (diffuseurs, bombes et plaquettes insecticides);
  • Évitez les jouets en PVC souples contenant du phtalate.

La qualité de l’air à l’intérieur de nos logements est primordiale

Une mauvaise qualité de l'air intérieur peut nuire à votre santé. En prenant des mesures pour assurer une bonne qualité de l’air dans votre logement, vous garantissez un environnement plus sain pour vous et vos proches. N’hésitez pas à effectuer des contrôles régulièrement et à sensibiliser les membres de votre foyer sur les bonnes pratiques à adopter !