Hero Image
Image
Humidité_maison
Humidité
6 minutes min

Humidité maison : causes et solutions au problème

Posté le 20.05.2024 - mis à jour le 20.05.2024

Vous constatez des tâches, des moisissures, des écaillements de peinture ou un papier peint qui se décolle dans votre logement ? Vous êtes sans doute confrontés à des problèmes d'humidité. L'excès d’humidité dans une maison peut non seulement endommager votre habitation, mais aussi avoir des effets néfastes sur votre santé. Quelles sont les causes de l'humidité et ses conséquences sur la santé ? Quel est le taux d'humidité idéal dans une habitation et comment le mesurer ? Y a-t-il des solutions pour réduire l'humidité dans une maison ? 

Qu'est-ce que le taux d'humidité ?

Le taux d'humidité, ou taux hygrométrique, est la quantité de vapeur d'eau présente dans l'air. Il est généralement exprimé en pourcentage. Avoir un bon taux d’humidité dans une maison ou un appartement est indispensable pour le confort et la bonne santé des occupants. Un taux d'humidité trop faible ou trop important peut en effet avoir des effets néfastes et générer des problèmes de santé.

L’humidité dans un logement est tout à fait normale et son taux peut se différencier d’une pièce à l’autre. Cela est dû à de nombreux paramètres tels que la respiration et la transpiration des habitants qui émettent de la vapeur d’eau, mais aussi les activités quotidiennes : le fait de cuisiner, de faire sécher du linge, de prendre des bains et des douches.
 

Quels sont les effets de l'humidité sur la santé ?

L’humidité dans une habitation est nécessaire, mais si elle est trop faible ou trop importante, elle peut aussi générer des désagréments sur la santé des occupants. Selon l’ADEME, pour une température entre 18 et 22 °C, le taux d'hygrométrie idéal est compris entre 40 % et 60 %

 

Les conséquences d’un air trop sec


Selon l’ADEME, un taux d'humidité trop bas (moins de 40 %), comme c'est le cas en hiver lorsque le chauffage est utilisé, peut entraîner des effets néfastes sur la santé :

  • Des irritations au niveau des yeux et/ou des poumons ;
  • Des crises d’asthme causées par la propagation plus rapide des virus  ;
  • Des muqueuses sèches, notamment sur les voies respiratoires et un développement chez les plus jeunes d’infections ORL ;
  • L’augmentation de la sudation et de problèmes de déshydratation ;
  • Des maux de tête et une sensation de fatigue ;
  • Des congestions nasales, des gerçures, des picotements oculaires. 

 

Les conséquences d’un air trop humide


À l’inverse, toujours selon l’ADEME, un taux d'humidité trop élevé (plus de 60 %) peut provoquer divers symptômes :

  • Des problèmes respiratoires : toux, rhinites, bronchites, asthme, difficultés respiratoires, douleurs thoraciques
  • Des irritations des yeux
  • Des problèmes articulaires : L’humidité de l’air intérieur et extérieur favorise l’apparition des douleurs articulaires chez les personnes âgées, chez les jeunes et les adultes. En outre, la présence d’humidité réveille les maladies telles que l’arthrite et l’arthrose. La prolifération de micro-organismes et de microbes entraîne la propagation d'allergies ou d'infections.
  • Stress et cancer : Selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), il y a une corrélation entre les aflatoxines produites par la présence de moisissures et l’apparition des cancers des cancers du foie et des poumons. 
  • Des conséquences moins désagréables, mais tout aussi déplaisantes : Fatigue accrue, maux de tête, irritation des yeux, du nez et de la gorge, quintes de toux, troubles du sommeil, fièvre et nausée. 
     

Quel est le taux d'humidité idéal ?

Selon l’ADEME, le taux d'hygrométrie idéal est compris entre 40 % et 60 % pour une température de 20 °C. La saison, la température extérieure et le type de chauffage utilisé affectent le taux d'humidité. En outre, il est à noter que le nombre de personnes vivant dans le logement a un impact direct sur le niveau d'humidité observé. Par exemple : une famille produit en moyenne 0,5 à 1 kg de vapeur d'eau par jour. 

Comment calculer le taux d’humidité de sa maison ?

Pour savoir si votre maison est dans cette plage de taux d'humidité idéale, vous pouvez utiliser un hygromètre. Ce petit appareil permet de mesurer précisément la quantité de vapeur d’eau présente dans l’air ambiant. Placer le capteur dans les différentes pièces de votre habitation vous permettra de connaître l’humidité relative de l’air (exprimée en %, avec une plage de mesure de 0 à 100 %) et l’humidité absolue (exprimée en grammes d’eau par mètre cube d’air humide). 


Afin que le taux d’humidité ne soit pas faussé, évitez de placer votre hygromètre près d’une source de chaleur (cheminée ou radiateur).
 

Que se passe-t-il lorsque le taux d'humidité n'est pas au niveau idéal ?

Plusieurs problèmes peuvent survenir si le taux d'humidité dans votre maison n'est pas dans la plage idéale. Tout d'abord, vous risquez de voir apparaître des taches noires et des moisissures sur les murs et plafonds. 


Un taux d'humidité trop important peut également rendre l'air de votre maison inconfortable, provoquer des odeurs désagréables et augmenter votre consommation d'énergie. En hiver, il peut même aggraver la sensation de froid.


Il est d’ailleurs impératif de prendre des mesures immédiates lorsque vous êtes confrontés à des problèmes d'humidité dans votre habitation. 
 

Comment diminuer le taux d’humidité d’une maison ?

Des solutions existent si vous voulez en finir avec votre problème d’humidité dans votre habitation.


Nous vous recommandons de réduire le taux d’humidité de votre maison ou de votre appartement en suivant les étapes suivantes : 

  • Bien ventiler votre logement quotidiennement : Ouvrir les fenêtres 5 à 10 minutes le matin et le soir permet d’évacuer l’humidité accumulée et de renouveler l’air intérieur.
  • Lorsque vous cuisinez, placez un couvercle sur les cocottes et pensez à activer la hotte aspirante pendant la cuisson et quelques minutes après. 
  • Faites sécher votre linge à l’extérieur du logement ou dans une pièce bien ventilée.
  • Installez un déshumidificateur ou des systèmes d’absorption d’humidité pour assécher votre air.
  • Entretenez votre VMC : Vérifier que votre ventilation est suffisamment efficace. En effet, une VMC bouchée empêche l'air de circuler et génère le développement de moisissures ou l’infiltration de polluants. Pour obtenir une évacuation optimale, nettoyez régulièrement les grilles d'aération.
     

Quels sont les travaux à prévoir dans une maison humide ?

Si malgré tous ces gestes, l'humidité de votre logement reste élevée, il est nécessaire de réaliser des travaux d'isolation de l’enveloppe du bâtiment. Celle-ci, associée à une bonne étanchéité à l’air pour éliminer toutes les fuites d’air parasites, et une ventilation efficace, permettra de limiter l’humidité.

 

Les solutions Placo® : 

  • La plaque de plâtre Placomarine® : Haute résistance à l'humidité, cette plaque s'utilise en cloison, doublage sur ossature, gaines techniques et habillages. Hydrofugée H1, elle est destinée principalement aux pièces humides, et s'utilise en neuf comme en rénovation.
  • La plaque Placo® Multiconforts : Cette plaque de plâtre qui convient à toutes les pièces de l’habitat (pièces humides, cuisine, salon, chambres ou garage) permet de bénéficier des propriétés de plusieurs plaques de plâtre. Elle est robuste, 6 fois plus résistante à l’humidité qu’une plaque BA13 standard. Côté acoustique, elle permet un gain acoustique de 3 à 5 dB sur le système par rapport à un ouvrage réalisé en BA13 standard. Elle bénéficie de la technologie dépolluante Activ’Air qui absorbe jusqu’à 70 % du formaldéhyde présent dans l’air intérieur.